Onde a noite se acaba | Où la nuit s’achève

Au bout de quarante ans, mettant toujours en doute ce que je faisais, mes errances et zigzags, mes fuites consécutives (pas de carrière, pas d’emploi, pas de stabilité), ma littérature, où je devinais des intentions occultes, confessionnelles, des justifications – je découvris soudainement que je pouvais croire en moi-même et que les autres croyaient en moi : comme écrivain.

**********************************************

Ao cabo de quarenta anos, sempre descrente do que fazia, das minhas errâncias e ziguezagues, das minhas fugas consecutivas (sem carreira, sem emprego, sem estabilidade), da minha literatura, em que adivinhava intenções ocultas, confessionais, justificações – descobri de repente que podia acreditar em mim mesmo, e que os outros acreditavam em mim: como escritor.

(José Rodrigues Miguéis. Lettre à Maria da Graça Amado da Cunha. Espólio de José Rodrigues Miguéis. Biblioteca Nacional de Portugal.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :