Exil

Ce ne sont pas seulement la réalité et le regard étrangers qui lui imposent avec insistance sa qualité d’étranger. C’est la conscience aiguë et exaspérée de sa différence qui l’installe dans un exil qu’aucun bien-être ni succès temporel ne peuvent effacer.

(Eduardo Lourenço, « Les marques de l’exil dans l’oeuvre de José Rodrigues Miguéis », Georges da COSTA, Catherine DUMAS, Agnès LEVÉCOT (éds.), Exils et décalages chez l’écrivain portugais José Rodrigues Miguéis, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2016, 282 p.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :